APOCALYPTICA Shadowmaker

21,99 EUR

incl. 19% TVA, plus l'envoi

A l'achat de cet article, tu reçois 88 Blasts!

APOCALYPTICA - Shadowmaker
  • 2LP + CD - 21,99 EUR
  • Numéro d'article:239318
  • Format:2LP + CD
  • Genre:Symphonic Metal
  • Disponibilité:

Trouver plus de APOCALYPTICA

Le groupe de métal culte finlandais revient avec son 8e album ‘’Shadowmaker’’, prenant toujours le parti unique d’aller métal et musique classique, ce qui en a fait l’un des groupes les plus connus au monde. L’album est produit par Nick Raskulinecz (producteur des Foo Fighters ou Mastodon) et a de vrais singles power pop (‘’Cold Blood’’ et ‘’House of Chain’’) et une ballade tubesque (‘’Hole in My Soul’’). Il faut dire que dès l'introduction, le décor est planté, l'ambiance générale de l'album anoncée : nostalgie et mélancolie sont de mise pour un concept album autour de la maturité et de l'acceptation des choses de la vie (et de la mort aussi). Débarque dans la foulée, le premier single « cold blood » et pour ceux qui ne connaissent pas, c'est l'occasion de lever le voile sur la voix de Franky Perez, qui se prête à merveille au style du quartet. Puis c'est au tour du morceau éponyme : « Shadowmaker » dont le pont instrumental s'inscrit dans la plus pure tradition Apocalypticaïenne. Avec ses 7minutes 35, il s'agit là de l'un des titres les plus longs de l'album, et c'est peut être même un peu trop ! Et il faut attendre « Reign of Fear », 5ème morceau, pour regoûter à la saveur si particulière des instrumentaux d'Apocalyptica. Une nouvelle fois, les finlandais nous servent un titre de près de 7 minutes qui passe cependant bien mieux que le précédent. « Hole in my Soul » est une ballade une pointe cliché mais qui trouve toute sa légitimité auprès d'un groupe tel qu'Apocalyptica (on parle quand même d'un groupe qui a réuni le chanteur de HIM et de The Rasmus sur un même titre!). Avec ses notes de boîte à musique, le titre passe comme une lettre à la poste et plaira sans nul doute aux fans. Il se présente déjà comme un second single tout indiqué. Attention, choc des cultures, on enchaîne directement avec « House of chains » bien plus rock'n'roll où Franky Perez nous présente un autre pan de ses capacités vocales. Musicalement, le groupe ne prend toujours pas de risque, avec une batterie très présente et des violoncelles qu'on a de plus en plus de mal à identifier en tant que tel. Les premières notes de « Riot lights » reprennent les dernières de « House of Chains » et donne une fluidité appréciable. Cette fois, le groupe innove avec des sonorités électro qu'on ne leur connaissaient pas. L'album se termine avec « Dead Man's Eyes », un morceau de près de 10minutes (sérieusement ?!? oui oui!). Mais une nouvelle fois un morceau sans réelle prise de risque et qui se termine en reprenant les quelques notes de « Cold Blood » comme pour nous indiquer, un éternel recommencement, une roue sans fin.

Les internautes, qui ont acheté cet article, ont également acheté
Page de
Ceci pourrait également vous intéresser: