retour à l'ensemble des articles

DEATH ANGEL

The dream calls for blood

ATTENTION: Cet article ne sera bientôt plus disponible!

numéro d'article:
221308
Format:
CD-Digi + DVD
Genre:
Thrash Metal

Trouver plus de DEATH ANGEL

16,99 EUR

incl. 19% TVA, plus l'envoi

ou 6796 Blasts!

A l'achat de cet article, tu reçois
136 Blasts! Infos sur les points Blasts!


dans le panier
description du produit

Édition digibook limitée avec chanson bonus et DVD!

interview

“The Dream Calls for Blood”, the follow up to Bay Area thrash legends DEATH ANGEL’s crushing “Relentless Retribution” (2010), was recorded once again at Audio Hammer Studios utilizing the production services of Jason Suecof (THE BLACK DAHLIA MURDER, GOD FORBID, TRIVIUM). It finds DEATH ANGEL at the height of their powers, summarily fired and inspired by the exhaustive three years touring mounted for the last record, a worldwide onslaught that found the band fully welcomed, as vocalist Mark Osegueda explains, into the pantheon of thrash mastery...

“We finally did some shows with the big four guys, some festivals with SLAYER in Europe. We toured three legs with the ANTHRAX/TESTAMENT/DEATH ANGEL tour, throughout North America, plus we did the METALLICA Fillmore shows. We did some festivals with MEGADETH, so we touched on all the big four. We’re getting the word out that we are a relevant force in this type of music, a force to be reckoned with, because we’ve still got this young anger in us (laughs). Our stage show still completely delivers the goods, back to back with the younger thrash bands or the older thrash bands. We’re very confident in our live performance and we hold our own. And we think this next record is going to solidify that we also do that in the studio.”

“The tour went at least twice as long as we expected it was going to go,” adds guitarist Rob Cavestany. “So that in itself was a trip. We figured the album would come out, we’d tour a year, year-and-a-half or so, and our plan from the start was to do two albums—a back-to-back attack. But we just kept getting killer offers to do shows. Our livelihood is when you’re on the road, and we want to bring our music to as many people as possible. And then it went so long, it crossed over to the 25th anniversary of “The Ultra-Violence”. So then we extended the touring by playing “The Ultra-Violence” in its entirety as a special set. And I think doing that also had an effect on the writing of this album.”

As for the result of all that intense heavy metal life experience, Rob figures DEATH ANGEL has made a record that is, “absolutely darker than the last album, it’s darker, and at the same time more brutal, heavier, more evil-sounding, if that’s a description of music. And I think somehow it is (laughs). And although the songs are shorter than on the last album, this record still seems to be more epic-sounding, if that makes sense...”

Parallel to sharing stages with all the greats of their genre, DEATH ANGEL fulfilled further career aims through the geographical extent to which they took their uniquely charmed and measurably melodic form of expert and experiential thrash.

Highlights? “Getting to go to parts of Southeast Asia for the first time that we’ve never been,” notes Osegueda. “Plus playing South America for the first time. Our final three shows, two were in Japan, and Japan we hadn’t played in seven years, so that was phenomenal. And then we ended in Holland at the Paaspop fest. Holland has always been one of the three countries we consider our home away from home, and to finish off with such a phenomenal response... it’s the first time we ever went into the studio pretty much off of touring, so we wrote a lot of stuff on the road. Usually you’re home for three to five months getting it down. This was literally going fresh off the road, into the studio. So I think we’re going to have that live urgency on this record.”

Maintaining the sustained drive so prevalent on “Relentless Retribution” was made possible by the largest degree of continuity the band has ever experienced, record to record...

“Because, we were staying on the angry, aggressive side of things,” explains Mark, “and continuing where “Relentless” left off, we have the same producer, same engineer, same studio, same lineup, we’re using the same artist for the cover artwork... it’s the very first time we’ve had the same team working on the same records back to back, and we feel very confident about it. Everyone is behind us; everyone is in our corner—same label for Christ sake! (laughs). And everyone has all guns firing forward and we’re ready. We’re hungrier than ever.”

“It’s so much more cohesive now, with this lineup, that we’ve got,” continues Osegueda. “We know exactly how everyone is playing now, where everybody’s strengths lie, and Rob (Cavestany – guitars) completely structured songs around that. Will’s (Carroll) drumming has just flourished in the last three years, and Rob pushed him through the writing for this record, took him to the edge. And Will went into the studio and absolutely killed it. So there’s going to be a lot of—how can I put this?—technical changes that people are going to be really blown away by, but they’re going to be done under the guise of well-structured songs.”

“Arrangement was something I definitely tried to focus on more so on this album,” notes Rob, in agreement. “Which came more naturally anyway. There’s a flow to the songs from beginning to end, as opposed to writing a lot of parts and putting them together and assembling the songs. That of course happened, but there was a lot of attention given to the structures, the arrangements, the flow, taking you through the ride from the beginning through the middle and up to the end, in the transition from part to part, the build-up of the songs, and the tension and release that the songs give you.”

“While the song structure has grown quite a bit, there’s also a lot more melody, both vocally and musically,” ventures Mark, perhaps somewhat counter to Rob’s take on the vibe of the album. “But it’s definitely still just as vicious—that same kind of attitude and anger is thrown into this record. The cohesiveness of the song structure... that’s because I think with this particular lineup, we’ve grown into a band by touring the last three years straight, which feels like forever (laughs). We’re really, really proud of this record. It’s quite a combination of melody and aggression. It’s a perfect marriage of the two... or dare I say, the angry perfect marriage of the two (laughs).”

Reflects Rob, in closing, somewhat cryptically, “We’re not getting any younger. We need to make every song, every album, count even more than it ever did. So in my mind, I wanted this album to be just beyond anything, man. I wanted it to reflect a band further, deeper in their career, not the young men that they used to be, but making the most intense and killer music that they ever made. And that’s where I really feel we’re at right now. I hope all the sacrifices of the brutal personal stuff that’s going on in our lives right now adds up to something, because every ounce of being of myself is in this. I don’t think I’ve ever had as much of an intense emotional situation while recording tracks of an album. We’re just trying to put life on fucking tape there, and I’m quite sure you’re going to be able to feel it in the album.”

reportage

Sortie le 11.10.2013
« The Dream Calls For Blood », le dernier album des légendes du thrash Bay Area qui suit « Relentless Retribution » (2010), a été lui aussi enregistré aux studios Audio Hammer grâce aux services de production de Jason Suecof (THE BLACK DAHLIA MURDER, GOD FORBID, TRIVIUM). Il a trouvé des DEATH ANGEL au top de leur forme, ardemment inspirés par les trois années complètes de la tournée du précédent album. Une tournée mondiale triomphale, comme nous l’explique le chanteur Mark Osegueda : « Nous avons enfin fait quelques concerts avec les types du Big Four, quelques festivals avec SLAYER en Europe. On a joué trois sets sur la tournée ANTHRAX/TESTAMENT/DEATH ANGEL, à travers l’Amérique du Nord, et on a fait des concerts avec METALLICA au Fillmore. On a fait quelques concerts avec MEGADETH, donc a été en contact avec chacun des Big Four. Disons-le, nous constituons une force réelle dans ce style de musique, une force avec laquelle il faut compter, car nous sommes toujours jeunes et énergiques (rires). Nos lives sur scène transmettent toujours les mêmes valeurs, aussi bien avec les jeunes groupes thrash comme avec les plus vieux. Sur scène on se sent vraiment à l’aise, on se débrouille bien. C’est aussi le cas en studio, d’ailleurs nous pensons que ce dernier album va le montrer. »
« La tournée a duré au moins deux fois ce qui était prévu, ajoute Rob Cavestany, le guitariste, donc en soit c’était déjà un sacré voyage. On pensait que l’album sortirait, qu’on tournerait un an, un an et demi, quelque chose comme ça ; notre plan depuis le départ était de faire deux albums, une double offensive. Mais on a continué à accepter de super offres pour des concerts. Notre gagne-pain c’est quand on est sur la route qu’on l’a, et nous voulions faire découvrir notre musique à autant de gens que possible. Ça a duré si longtemps finalement que le 25e anniversaire de l’album « The Ultra-Violence » s’est retrouvé mêlé à tout ça. Du coup on a rallongé la tournée en jouant « The Ultra-Violence » dans son intégralité en tant que set spécial. Et je pense aussi que ça a eu un effet sur l’écriture de cet album. »
Cet album est le fruit de l’expérience et d’une vie intense dédiée au heavy metal. D’après Rob, DEATH ANGEL a enregistré là un album, « absolument plus sombre que le précédent, il est plus sombre et en même temps plus brutal, plus heavy, plus diabolique, si on peut décrire ainsi la musique. Je pense que d’une certaine manière je le peux (rires). Et bien que les chansons soient plus courtes que sur le précédent album, le son est malgré tout plus épique, si toutefois ce terme a un sens… »
Les DEATH ANGEL n’ont pas seulement partagé la scène avec toutes les figures emblématiques du genre, mais ont aussi atteint plusieurs objectifs au court de leur carrière, en faisant notamment de nombreux shows dans le monde entier. Ces experts ont su séduire par leur thrash mélodique au son unique.
Le plus grand moment ? « Quand on s’est rendu pour la première fois dans le sud-est asiatique, note Osegueda, et quand on a joué pour la première fois en Amérique du sud. De nos trois derniers concerts, deux ont eu lieu au Japon, cela faisait sept ans que nous n’y avions pas joué, c’était phénoménal. Et puis nous avons fini par la Hollande à la Paaspop Fest. La Hollande a toujours été un des trois pays où nous nous sentons comme chez nous loin de notre foyer natal, le résultat en valait la peine… C’est bien la première fois que nous entrons en studio si vite après avoir tourné, on a beaucoup écrit sur la route. Les chansons sont sorties du bus pour entrer en studio. Donc je pense que cet album va avoir une touche live. »
Maintenir la cadence soutenue de « Relentless Retribution » a été rendu possible par l’expérience que le groupe a su acquérir album après album.
« Nous restons sur le côté furieux et agressif des choses, explique Mark, nous continuons là où ‘Relentless’ s’arrête, nous avons le même producteur, le même ingénieur, le même studio, le même line-up, le même artiste pour la pochette... c’est la toute première fois que nous avons la même équipe travaillant sur deux albums coup sur coup, et ça nous rend très confiants. Tout le monde est derrière nous, tout le monde est de notre côté, et on a le même label bon sang! (rires). Les fusils sont chargés on est prêts. Et plus affamés que jamais. »
« Il y a bien plus de cohésion maintenant, avec le line-up, que ça avait pu l’être, poursuit Osegueda, nous savons exactement comment joue chacun, où sont ses points forts, et Rob (Cavestany, guitare) a complètement structuré les chansons autour de ça. Le jeu de Will (Carroll) à la batterie s’est développé ces trois dernières années, et Rob l’a poussé dans ses propres limites avec l’écriture de cet album. Quand Will est entré en studio, il a assuré. Il va donc y avoir de nombreuses réactions ‘comment dire?’, des changements techniques qui vont vraiment bluffer les gens, mais dans des chansons bien structurées. »

« J’ai vraiment tenté de rester focalisé sur les arrangements, bien plus sur cet album, précise Rob, ce qui est venu plus naturellement quoiqu’il en soit. Il y a un mouvement continu dans les chansons, menant du début à la fin, plutôt qu’un ensemble de parties différentes rassemblées pour constituer les chansons. C’est bien sûr arrivé, mais une grande attention a été portée sur la structure, les arrangements, le mouvement qui vous porte du début à travers le milieu jusqu’à la fin dans une transition partie par partie, la construction des chansons, la tension et le relâchement que les chansons vous donnent. »
« Si la structure des chansons a plutôt bien évolué, il y a également bien plus de mélodie, à la fois vocale et musicale » avance Mark, peut-être un peu pour répliquer face au point du vue de Rob quant à l’ambiance de l’album. « Mais c’est aussi un album brutal et furieux. La cohésion de la structure... c’est juste, je pense, parce que nous avons conservé le même line-up, nous avons évolué en tant que groupe en partant en tournée ces trois dernières années, ça a duré une éternité (rires). Nous sommes vraiment très très fiers de cet album. C’est une bonne combinaison de mélodie et d’agressivité. C’est un parfait mariage des deux... ou si je puis dire, le parfait et furieux mariage des deux (rires). »
« On ne rajeunit pas. Nous devons donc donner plus de valeur à chaque chanson, chaque album que nous ne l’avons jamais fait. Donc dans mon esprit, je voulais juste que cet album soit au-dessus de tout, mec. Je voulais qu’il reflète un groupe plus avancé dans sa carrière et plus les jeunes gens qu’ils étaient, en faisant la musique la plus intense et la plus mortelle qui soit. Et c’est là que je sens que nous sommes à notre place maintenant. J’espère que les sacrifices personnels que nous faisons dans nos vies maintenant ajoutent quelque chose, car chaque once de mon être s’y trouve. Je ne crois pas avoir jamais vécu autant d’émotions aussi intenses pendant un enregistrement d’album. On essaye juste de mettre de la vie sur ce putain d’enregistreur là, je suis sûr que ça se ressent sur l’album. »

CD 1
tracklist Durée
1 - Left for dead
2 - Son of the morning
3 - Fallen
4 - The dream calls for blood
5 - Succubus
6 - Execution - Don't save me
7 - Caster of shame
8 - Detonate
9 - Empty
10 - Territorial instinct - Bloodlust
11 - Heaven and hell (Bonus Track)
CD 2
tracklist Durée
1 - The making of "The Dream Calls for blood"
Les internautes, qui ont acheté cet article, ont également acheté
    • KATAKLYSM Waiting for the end to come
    • KATAKLYSM
    • Waiting for the end to come
    • CD-Digi - 14,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • SOULFLY Savages
    • SOULFLY
    • Savages
    • CD-Digi - 16,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • TESTAMENT Dark roots of thrash STEELBOOK
    • TESTAMENT
    • Dark roots of thrash STEELBOOK
    • Blu-Ray+2CD - 24,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • SEPULTURA The mediator between head and hands must be...
    • SEPULTURA
    • The mediator between head and hands must be...
    • CD-Digi + DVD - 16,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • ONSLAUGHT VI
    • ONSLAUGHT
    • VI
    • CD-Digi - 16,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • DEATH ANGEL Killing season
    • DEATH ANGEL
    • Killing season
    • CD-Digi + DVD - 7,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • CARCASS Surgical steel
    • CARCASS
    • Surgical steel
    • CD - 14,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • TESTAMENT Dark roots of thrash STEELBOOK
    • TESTAMENT
    • Dark roots of thrash STEELBOOK
    • DVD + 2CD - 22,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • DEATH ANGEL Relentless retribution
    • DEATH ANGEL
    • Relentless retribution
    • CD-Digi + DVD - 7,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
Cela pourrait aussi t'intéresser
    • DEATH ANGEL Relentless retribution
    • DEATH ANGEL
    • Relentless retribution
    • CD - 7,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • DEATH ANGEL Relentless retribution
    • DEATH ANGEL
    • Relentless retribution
    • CD-Digi + DVD - 7,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • DEATH ANGEL Sonic German beatdown (Live in Germany)
    • DEATH ANGEL
    • Sonic German beatdown (Live in Germany)
    • CD + DVD - 5,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • DEATH ANGEL The art of dying RED VINYL
    • DEATH ANGEL
    • The art of dying RED VINYL
    • 2LP - 16,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • DEATH ANGEL Relentless
    • DEATH ANGEL
    • Relentless
    • TS M - 16,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • DEATH ANGEL Relentless
    • DEATH ANGEL
    • Relentless
    • TS XXL - 16,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • DEATH ANGEL Relentless
    • DEATH ANGEL
    • Relentless
    • TS XL - 16,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • DEATH ANGEL Relentless
    • DEATH ANGEL
    • Relentless
    • TS L - 16,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
    • DEATH ANGEL The ultra violence
    • DEATH ANGEL
    • The ultra violence
    • TS XXL - 17,99 EUR
    • incl. 19% TVA, plus l'envoi
DEATH ANGEL - The dream calls for blood
ton panier
Devise